exemples de bastides

Le programme Européen

Claude CALMETTES

Nous avons écrit dans le bulletin spécial 20 ans du C.E.B., autrement dit dans le n°56 d’Info bastide, nos projets d’avenir après avoir décrit nos 20 ans d’activités.
"Nous nous sommes fixés trois objectifs que nous nous proposons de partager avec tous ceux que le monde des villes neuves du Moyen Age passionnent, qu’ils y habitent, qu’ils y travaillent, qu’ils en aient la charge ou qu’ils les étudient ou les fréquentent avec passion :

• partager le retour aux sources de l’histoire,
• améliorer notre réflexion sur la relation entre l’homme et son cadre de vie,
• développer les moyens d’un renouvellement du mode de développement."

Je vous convie à relire ce texte pour comprendre notre démarche.

Nous avons décidé de nous mettre en réseau non seulement sur le grand Sud-Ouest mais aussi sur le territoire de l’Europe occidentale. A l’Assemblée générale tenue à Fleurance, nous avons élu un nouveau Conseil d’Administration, nous avons fait appel à un Bureau d’étude, AEGUSA, piloté par Huguette CLIGNET, et statuts et règlements ont été validés.
Nos efforts ont abouti à la mise en forme d’un dossier répondant aux critères de la Commission Européenne pour le programme INTERREG III B SUDOE. Nous avons voulu vous présenter notre travail le plus simplement et le plus clairement possible (car les impératifs administratifs de gestion des dossiers de demande de subventions sont d’une rigueur qui décourage les plus entreprenants …).


Introduction

Contexte de la coopération transnationale La Commission Européenne a adopté les orientations de l’initiative communautaire INTERREG III le 28 avril 2000 (communication au JOCE C 143 du 23 mai 2000). Parmi les trois volets retenus, le volet B de l’INTERREG III vise à développer la coopération transnationale entre autorités nationales, régionales et locales pour promouvoir un plus haut degré d’intégration territoriale au sein de vastes regroupements de régions en Europe, dans le but de parvenir à un développement durable, harmonieux et équilibré dans la communauté, et à une meilleure intégration territoriale avec les pays candidats et les pays voisins, dont ceux du Bassin méditerranéen.
Le présent programme opérationnel (P.O.) constitue une demande pour les interventions prévues au titre du volet B d’INTERREG III. Il est présenté conjointement par le Royaume d’Espagne, la République Française, la République portugaise et le Royaume Uni de Grande Bretagne (pour Gibraltar) sous la dénomination « espace Sud-Ouest européen ». Il comprend les propositions d’actions de ces Etats membres et des autres acteurs publics compétents relevant du champ géographique défini pour le programme.
Par convention, on utilise le terme SUDOE pour désigner le Sud-Ouest européen.

Priorité 2 : Gestion du patrimoine culturel et naturel et promotion de l'environnement.

Problématique

 bastide uruena espagne
Uruena (E)

Le programme INTERREG III-B, inscrit dans une logique de développement durable, ouvre la voie au SUDOE pour réexaminer les conditions d’une meilleure valorisation transnationale de ses ressources et atouts patrimoniaux. En ce qui concerne le patrimoine culturel, le SUDOE porte encore aujourd’hui beaucoup de traces de ces complémentarités et interdépendances dans l’histoire de la vie économique et sociale. Si les dernières décennies ont quelque peu estompé ces considérations par l’individualisation des enjeux, les biens culturels de cet espace restent suffisamment forts pour construire l’avenir en intégrant un patrimoine reconnu.

Mesures

Les trois mesures suivantes s’appuient sur l’atout que constitue le patrimoine naturel et culturel pour un développement équilibré du territoire de l’espace SUDOE :
- préserver et améliorer la valeur patrimoniale des espaces et des ressources naturels, notamment les ressources en eau ;
- dynamiser la valorisation créative du patrimoine culturel ;
- favoriser une nouvelle approche de la gestion patrimoniale et environnementale par les acteurs.

Mesure 2-2 : Dynamiser la valorisation créative du patrimoine culturel

Problématique

espagne bastide segura
Segura (E)
espagne bastide ordizia
Ordizia (E)

Le patrimoine culturel se situe dans le prolongement de celui des paysages. Répondant aux mêmes constats et aux mêmes préoccupations, il met en exergue les enjeux auxquels sont confrontés les territoires du SUDOE à travers les constats suivants :
- richesse et diversité des sites culturels en ville comme en zone rurale, mais problèmes de dégradation ;
- valorisation touristique inégale ;
- environnement immédiat ayant parfois évolué en contradiction avec les sites eux-mêmes ;
- inégale intégration sociale et économique de ce patrimoine culturel.

Domaines d’intervention possible : exemples

- développement de stratégies intégrées pour la protection du patrimoine culturel, notamment celui menacé ou dégradé
- soutien à la création d’actions culturelles liées au patrimoine (arts vivants, arts de la rue, festivals, carnaval, etc.)
- soutien à des actions de développement et de promotion de la culture contemporaine
- actions de restauration et d’animation du petit patrimoine rural local
- valorisation d’espaces urbains remarquables du SUDOE
- mise en réseau de sites et d’équipements culturels et la création d’événements culturels communs


A ces éléments choisis du programme européen répond le dossier du C.E.B. dont les extraits significatifs sont présentés dans cette rubrique.

E.3.2- Justification du projet

Description de la problèmatique

espagne bastide balsameda
Balsameda (E)
espagne bastide Fuentiduena
Fuentidueña (E)
portugal bastide braga
Braga (P)

Décrivez les problèmes qui ont été identifiés et qui font que le projet a lieu d'être. Mettez en évidence les résultats obtenus lors d'une recherche, dans le cas où celle-ci aurait été menée. Identifier le ou les thèmes clefs qui seront développés.

Les Villes Neuves ont, dès leur origine, des traits structurels marquants et portent donc dans leur "ADN" une identité à entretenir et à cultiver ainsi qu’un patrimoine à préserver et à valoriser. Les “Villes Neuves” médiévales ne font pas l’objet d’une valorisation particulière dans un cadre transnational. Il est fondamental de travailler en coopération internationale pour mettre en évidence les racines et les dimensions communes de ce patrimoine urbain que représente la régularité exemplaire de ces “Villes Neuves” médiévales.
Depuis 20 ans, le C.E.B. a acquis une expérience suffisante et une réputation d’expertise scientifique qui lui permet aujourd’hui de se présenter comme un Centre de ressources et d’appui technique à la disposition des chercheurs, des élus, des collectivités locales, des citoyens et des étudiants, des services techniques de l’Etat.
C’est à l’occasion de Rencontres, et particulièrement lors du Congrès International sur les Villes Neuves, à SAN GIOVANNI VALDARNO, que le C.E.B. a tissé les premiers contacts avec l’Italie et l’Espagne ; les échanges ont commencé, ainsi que l’organisation de quelques réunions de travail visant à définir un plan d’activité à moyen terme. Ils ont amené à élargir le champ d’étude au Portugal et à construire un projet Interreg III B SOE.
Le premier constat est que d’innombrables études continuent, depuis la fin du XXe siècle, à agiter le monde des experts. Déjà, au XVIIe siècle, le problème de la gestion du patrimoine était soulevé. Des documents internationaux ont fait le point sur les abords des monuments et des sites (Conférence d’Athènes 1931), les monuments (Charte de Venise 1964), le tissu urbain (Déclaration d’Amsterdam 1975), la sauvegarde du patrimoine architectural (Convention de Grenade 1985).
Constats
- Si de nombreux colloques, expositions, débats animent toujours le milieu intellectuel des spécialistes, voire même des politiques, des mesures ont été prises, mais la prise de conscience profonde, réfléchie et productive, reste à venir.
- Un manque d’équipes pluridisciplinaires d’experts (historiens, architectes, urbanistes, etc.)
- Un manque de critères précis pour recenser et identifier les "Villes Neuves", pour établir une image collective de valorisation de ce patrimoine « des Villes Neuves » et « des Bastides ».
- Un manque d’espace de dialogues, d’échanges entre le monde de la recherche historique, celui de l’aménagement du territoire et la préservation du patrimoine.
Aujourd’hui, un travail pour faire connaître et reconnaître la valeur de ce patrimoine est conduit en France par le C.E.B., à la fois à travers l’histoire et sur le terrain auprès des responsables élus des Bastides du Sud-Ouest et des services concernés. Le C.E.B. a ainsi décidé de rechercher un partenariat auprès des pays voisins car le besoin d’une identité commune et forte devenait, pour lui, une ardente nécessité dans le cadre de l’espace Sud-Ouest.

E.3.3- Objectifs du projet

Dressez une liste descriptive des objectifs et sous-objectifs du projet. De plus, comme il s'agit d'un projet transnational, il est fortement recommandé de mettre en évidence des éléments qui ne pourraient être obtenus sans cette coopération régionale.


- Donner aux populations des « Villes Neuves Bastides » les moyens de maîtriser et de s’approprier les bénéfices de la mise en valeur de leur patrimoine, ainsi que les retombées économiques et symboliques qui y sont liées.
- Participer à une vision transnationale, plus collective et créative du développement endogène des Villes Neuves médiévales de l’espace rural du sud ouest.
- Expérimenter une approche de mise en valeur du patrimoine des Villes Neuves médiévales dans un cadre élargi de l’espace Sud Ouest (France, Espagne et Portugal).
- Faciliter l’intégration de la dimension patrimoniale dans les stratégies de développement des territoires.

Les objectifs spécifiques par action seraient :

Phase 1
- Clarifier l’identité commune des entités urbaines « Villes Neuves », identifier les villes médiévales et analyser par un échantillon significatif de l’ensemble des villes, l’histoire, l’architecture, la typologie des immeubles.
- Etablir des critères pour les regrouper en réseaux régionaux et transnationaux.
- Faciliter les coopérations et échanges scientifiques, culturels, scolaires, économiques et touristiques.
- Promouvoir la recherche et sa vulgarisation en construisant une équipe pluridisciplinaire transnationale.

Phase 2
- Sensibiliser les représentants de ces Villes Neuves pour qu’ils s’engagent ensemble dans une politique de mise en valeur commune (Réseau européen des Villes Neuves du Sud Ouest)
- Stimuler un sentiment d’appartenance à une identité commune et sensibiliser les représentants et les acteurs locaux des « Villes Neuves ».

Phase 3
- Identifier les formes de mise en réseau des « Villes Neuves » et promouvoir la coopération en réseau avec les autres « Villes Neuves » du Sud Ouest en articulant cette coopération avec les organisations qui les représentent.
- Etablir des accords de coopérations transnationales durables sur l’espace SOE.

Phase 4
- Etablir une stratégie commune dans une forme de « Livre blanc » qui définirait les points communs, les orientations à suivre afin de promouvoir une identité « Villes Neuves médiévales » sur le Sud Ouest.
- Créer des outils pratiques pour l’appui technique à l’intégration de la dimension patrimoniale dans le développement du projet de territoire.
- Créer, renforcer et pérenniser une stratégie de dynamisation et valorisation du patrimoine.

E.3.4- Résultats attendus

Bretenoux
Atlas des bastides
(reproduction partielle)
Mirepoix
Sauveterre-de-Rouergue
Nay

Énoncez les résultats attendus, en tenant compte des trois indicateurs énoncés. En ce qui concerne ces derniers, il est préférable d'utiliser des indicateurs mesurables, lesquels devront être cohérents avec ceux fournis en E.3.6
- les réalisations effectives (outputs; produits tangibles et visibles des activités du projet)
- les résultats (ex. : transfert des meilleures pratiques d'une région à l'autre)
- les impacts à long terme (contribution au développement durable des régions participantes)


Résultats

Un centre de ressources transnational composé de différentes antennes par pays (lieux d’interface, espaces de réflexion) et constitué de fonds documentaires régionaux et de données communes intégrant :
- Des bases de données sur les « Villes Neuves » sur serveur partagé
- Bases de données historiques, démographiques
- Bases de données morphologiques
- Des inventaires des caractéristiques morphologiques, architecturales et urbaines
- Un atlas morphologique
- Une cartothèque (création et/compilation):
- Cartographie "Les créations urbaines du Xe au XIVe siècle"
- Cartographie thématique et par région
- Diapothèque-Photothèque
- La mise en place d’une équipe pluridisciplinaire composée du monde de la recherche historique, de l’urbanisme, de la sociologie urbaine, économie en provenance des centres de recherches et des universités de France, Espagne et du Portugal dans le domaine des "Villes Neuves" médiévales et qui assurent la validité historique et scientifique du recueil de données, des publications et des actions de vulgarisation menées par les partenaires du projet.

Un réseau de Villes Neuves du Sud Ouest
- Un groupe pluri-acteurs et /ou association de Villes Neuves
- Des accords de coopérations
- Des relais régions sous formes associatives en France (Associations des Bastides) et/ou sous d’autres formes au Portugal et Espagne

Impacts

Des accords coopérations entre les entités urbaines, pour mener des actions culturelles, commerciales, touristiques…
Une identité commune des “Villes Neuves” du Sud Ouest
Un livre Blanc “Espace et patrimoine : Monde des Villes Neuves médiévales du Sud Ouest" :

Les Assises du Patrimoine : 3 journées de travail entre l’équipe pluridisciplinaire et les membres du groupe multi-acteurs (base d’un réseau transnational des “Villes Neuves”). Un livre comprenant des recommandations et des propositions d’instruments – approches pour soutenir les politiques régionales intégrant la valorisation du patrimoine culturel dans une stratégie plus large de développement territorial
Réalisations

Des études
- Etudes sur les « Villes Neuves » liées aux régions
- Etudes des besoins des informations
Création d’outils de vulgarisation et de sensibilisation
- Des expositions avec un tronc commun au projet transnational et des adaptations par région
- Séminaire d’appropriation (cadre logique et tableau de bord)
- Conférences de sensibilisation.
- Séminaires méthodologiques : Echanges des Bonnes pratiques et visites (séminaires transnationaux).

Outil de diffusion et de promotion
- Conférences nationales de lancement
- Conférence internationale
- Un site Web
- Des posters
- Un CD-Rom
- Des dépliants de vulgarisation, de documentation
Outil de gestion
- Cellule de coordination basée au C.E.B.
- Réunions de préparation
- Comités de pilotage : Fuenterrabia-E, Coimbra-P, Midi-Pyrénées-F
- Comités de suivi : Villefranche-F, Fuenterrabia-E, Laredo-E, Coimbra-P, Valladolid-E, Midi-Pyrénées-F

E.3.5- Pérennité des résultats

Il est indispensable de mener en coopération transnationale une réflexion commune de fond qui définisse les orientations potentielles, d’y associer le plus grand nombre d’acteurs potentiellement concernés et de mobiliser le maximum de connaissances sur les usages possibles et accords de coopérations concrètes réalisables.
Ce travail sera traduit dans une forme de « Livre Blanc » pour ce qui concerne les enjeux et orientations stratégiques.
Un réseau interrégional de Villes Neuves du S.-O., selon les formes particulières d’organisations sociales de chaque région, des associations, fondations, regroupements de collectivités seront mis en réseau transnational. Des chartes, des accords de coopérations accompagnés de plans d’actions à 10 ans seront établis afin de pérenniser sur le long terme les relations entamées au sein de ce projet.
Il s’agit de structurer un Centre de ressources composé d’antennes dans chaque pays qui devrait tenir compte des domaines développés dans le projet.




carte de l'europe
1- COACAN : Collège officiel des architectes de CANTABRIE
Siège : SANTANDER
2- ARKEOLAN : Centre d’Etudes d’investigations historico-archéologique du Pays Basque
3- Institut Universitaire d’Urbanisme de l’Université de VALLADOLID
4- Institut d’Etudes Régionales et Urbaines de COÏMBRA

info bastide n° 61 décembre 2004



© Centre d'Etude des Bastides 2010
- Mise à jour de cette page : 15/02/2010 -
Plan du site